E-papers

Les premiers écrans électroniques flexibles, les e-paper, ont été finalement inventés il y a longtemps, mais les fabricants ne s’intéressent que depuis récemment à cette technologie pour des projets commerciaux destinés au grand public.

Xerox

Le première modèle a été présenté par la société Xerox en 1974, il y a déjà 45 ans ! Cet écran baptisé papier électronique a été baptisé Gyricon. L’objectif de Xerox, géant mondial réputé pour ses imprimantes, était d’anticiper le remplacement total du papier. En fin de compte, la société créée par Xerox a été fermée en 2005.

ASU et HP

C’est aussi en 2005 que l’université de l’Etat d’Arizona (ASU) aux Etats-Unis a lancé son programme de recherche sur 250000 m2 dédié à des recherches sur les technologies d’écrans flexibles. Ce programme a reçu plus de 40 millions de dollars de la part du laboratoire de recherche de l’armée américaine. Tous les moyens étaient présents pour présenter un prototype en moins d’un an.

Suite à d’importants retards, ce n’est qu’en 2008 que l’ASU, en partenariat avec Hewlett Packard, a réalisé la première présentation, suivie d’une seconde en 2010, toujours par HP. Ce programme se soldera par un échec par rapport à l’objectif.

Plastic Logic

La société Plastic Logic à Dresde (Allemagne) a développé une technologie nommée OTFT et travaillé sur des écrans monochromes flexibles, puis des écrans en couleur, mais n’ont pas réussi à le lancer à grande échelle pour leur commercialisation. Entièrement fabriqués en plastiques, sans verre, ils ont la qualité d’être totalement incassables. Cette technologie est actuellement utilisée pour la signalisation, les montres ainsi que dans l’automobile.

PaperPhone et MorePhone

En 2004, le Human Media Lab de l’université du Queen au Canada a travaillé sur le projet PaperWindows, le premier prototype d’ordinateur en papier flexible et la première interface utilisateur organique.  En 2010, le Human Media Lab s’est associé au Flexible Display Center de l’ASU pour produire le PaperPhone, le premier smartphone flexible doté d’un écran électrophorétique flexible. Ensuite, ils se sont associés à Plastic Logic et à Intel pour créer la première tablette flexible : PaperTab. Cette tablette a été présentée au au CES 2013 et le premier prototype de smartphone flexible au monde, le MorePhone en avril 2013.

OLED

La recherche a été également lancée depuis le début des années 2000 du côté des écrans OLED.

Nokia Morph et Nokia Kinetic

Nokia a travaillé sur le concept d’écrans OLED flexibles avec le Nokia Morph dévoilé en 2008, en partenariat avec l’université de Cambridge, devenant le premier écran vidéo flexible. Plus tard, en 2011, ils ont poursuivi leurs efforts en dévoilant le Nokia Kinetic.

Sony

La compagnie japonaise Sony s’est lancé dans la course aux écrans flexibles à partir de 2005. En partenariat avec le RIKEN (Institut de recherche en physique et en chimie), Sony a alors annoncé qu’ils commercialiseraient cette technologie sur les téléviseurs et les téléphones portables en 2010. En mai 2010, Sony a effectivement présenté un écran OLED enroulable.

Samsung Youm et Galaxy Round

Fin 2010, Samsung a annoncé travailler sur un projet d’écran AMOLED flexible de 4,5 pouces, il sera présenté au CES l’année suivante, avec l’intention de commercialiser cette technologie en 2012. Cette année là, en acquérant la société Liquavista spécialiste des écrans flexibles, ils ont lancé la production de ces écrans. Lors du CES 2013, le produit baptisé Youm est présenté. En 2013, Samsung présente le smartphone Galaxy Round doté d’un écran et d’un boîtier incurvés. Ce concept d’écrans incurvés sera repris ensuite dans les modèles Galaxy Note Edge et Galaxy S6 Edge.